La Bibliothèque de l'écologie
à Gap

www.bibliecologie.info

LA BIBLIOTHÈQUE
DE L' ÉCOLOGIE

Documentation
Histoire et
Philosophie de
la Conservation de
la Nature


La Bibliothèque
Présentation historique
Fonctionnement
Liste des thèmes de la Bibliothèque
Un laboratoire d'idées
Expertise de la Bibliothèque
Témoignages sur la Bibliothèque

ASBE
Communiqué de Presse
Bulletin d'adhésion
Nos services : formation et conférences

Documentation
Livres publiés par R. de Miller
Liste des publications de R. de Miller
Les 100 livres importants sur l'environnement
Sélection de bons livres récents

Histoire
Les grandes étapes de la conservation
Les grands pionniers
Histoire de l'environnement en Suisse
Histoire de l'environnement en affiches
Les grandes marées noires.

Biographies

Roland de Miller
CV professionnel
Notice bio-bibliographique


La bibliothéque de l'écologie
8, cours du Vieux Moulin
05100 GAP
FRANCE
Tél. : 04 92 52 40 39
Email: roland.demiller@free.fr

 

 

Rechercher sur bibliécologie



Rechercher sur le web

 


  

Notre sélection de bons livres récents (1998-1999)

NB. Ces livres ne sont pas à vendre chez nous.

L'éducation à l'environnement - Nature - Nucléaire - Ecophilosophie - Alternative - Prospective - Littérature - Histoire de l'écologisme - Spiritualité - Non violencce et philosophie - Sagesse écologique - Civilisation


LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT ET L'ECOLOGIE POLITIQUE.
ALZIEU Claude (sous la direction de) : DRAGAGES ET ENVIRONNEMENT MARIN. État des connaissances. IFREMER, Brest, 1999, 223 p.


ANONYME : REMARQUES SUR L’AGRICULTURE GENETIQUEMENT MODIFIEE ET LA DEGRADATION DES ESPECES. Éditions de l’Encyclopédie des Nuisances, Paris, 1999, 106 p. 70 F.


BARRAQUÉ Bernard et al. : L’HOMME ET LA LAGUNE. De l’espace naturel à l’espace organisé. Travaux de la Société d’Écologie Humaine. Éditions de Bergier, Chateauneuf de Grasse (Alpes-Maritimes), 1998, 321 p. (Archéologie. Gestion. Littoral. Représentations sociales. Zones humides.)


BONNIEUX François et DESAIGUES Brigitte : ÉCONOMIE ET POLITIQUES DE L’ENVIRONNEMENT. Dalloz, coll. Précis Dalloz de Sciences économiques, Paris, 1998, 328 p.


BOURG Dominique : PLANETE SOUS CONTROLE. Entretien avec Philippe Petit. Éditions Textuel, coll. Conversations pour demain N°3, Paris, 1998, 131 p.
BOURGOIN-BAREILLES Anne : GUIDE DE L’ENVIRONNEMENT à l’usage des citoyens et des collectivités territoriales. Préface de Michel Joras. Coédition : CNFPT, Éditions Frison-Roche, Paris, 1998, 352 p. L’ouvrage, coédité avec le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT), fournit une trame et des repères : cadre réglementaire, données écologiques, techniques, administratives, socio-économiques, exemples de réalisations communales, bibliographie, organismes spécifiques. Il peut servir tant aux citoyens qu’aux collectivités territoriales (et plus spécialement aux communes) désireux de structurer leurs connaissances et préoccupations environnementales. Douze chapitres : - Administration de l’environnement et compétences communales ; - Le bruit ; - Les déchets ; - L’air ; -L’eau ; - Le sol ; - Aménagement et protection de l’environnement ; - Communication et environnement ; - Formation à l’environnement ; - Emploi et environnement ; - Bibliographie générale, services télématiques, multimédia ; - Organismes liés à l’environnement. D’après Le Courrier de l'environnement de l'INRA n°34, septembre 1998.


CLÉMENT Gilles : LE JARDIN PLANETAIRE. Réconcilier l’homme et la nature. Préface de Bernard Latarjet. Albin Michel, Paris, 1999, 127 p. Projet politique d’écologie humaniste.


COLLECTIF : DICTIONNAIRE DE L’ECOLOGIE. Préface de François Ramade. Introduction de Yves Gautier. Albin Michel, coll. Encyclopaedia Universalis, Paris, 1999, 1400 p. 240 F.


COLLOQUE : PLANETARY GARDEN 99 / JARDIN PLANETAIRE 99. Actes / Proceedings. Savoie Technolac ; Prospective 2100. 1st Talks of Savoie Technolac, First international symposium on sustainable ecosystem management. March 14-18, 1999, Chambéry. 565 p.


DESBROSSES Philippe : AGRICULTURE BIOLOGIQUE. Préservons notre futur. Préface de Jean-Pierre Coffe. Éditions du Rocher, Paris, 1998, 160 p.


DESBROSSES Philippe : L’INTELLIGENCE VERTE. L’agriculture de demain. En collaboration avec Stéphane Trano. Nouvelle édition revue et augmentée de La Terre malade des hommes. Éditions du Rocher, coll. Conscience de la Terre, Paris, 1997, 266 p.


ERKMAN Suren : VERS UNE ÉCOLOGIE INDUSTRIELLE. Comment mettre en pratique le développement durable dans une société hyper-industrielle. Éditions Charles Léopold Mayer, Paris, 1998, 147 p. Les traditionnelles remises en cause du système industriel, dominées par les questions de pollution et d’épuisement des ressources, ne suffisant plus, une approche nouvelle, plus large se développe : l’écologie industrielle. Voici la première synthèse en français sur un domaine en plein essor, au carrefour des sciences de l’ingénieur, de la biologie, de la géographie, de l’économie et de nombreuses autres disciplines. Au lieu de voir le système industriel comme séparé de la biosphère, il est possible de le considérer comme un cas particulier d’écosystème. L’écologie industrielle s’intéresse à l’évolution à long terme du système industriel dans son ensemble, et pas seulement aux problèmes d’environnement. Entre Prologue et Epilogue, 7 chapitres : - L’industrie hors nature ; - L’écologie industrielle ; - Perspectives historiques ; - Le métabolisme industriel ; - La maturation du système industriel ; - Stratégies technologiques ; - La richesse d’utilisation. Et un Epilogue : L’élégance industrielle. D’après Le Courrier de l'environnement de l'INRA n°34, septembre 1998.


FARRACHI Armand : LES ENNEMIS DE LA TERRE. Réponses à la violence faite à la nature et à la liberté. Éditions Exils, Paris, 1999, 232 p. Glossaire. Bibliogr. 95 F. Malgré les déclarations d’intention et les efforts des écologistes, la planète est en danger. Ses ennemis cherchent un profit immédiat à empoisonner  l’air, les sols et l’eau, à abattre les arbres et les animaux. Ils trouvent un intérêt à détruire la réalité pour lui substituer un monde virtuel contrôlable. Cet essai invite à établir de nouvelles relations entre la planète et les hommes.


GÉNOT Jean-Claude : ÉCOLOGIQUEMENT CORRECT OU PROTECTION CONTRE NATURE ? Préface de François Terrasson. Édisud, Aix-en-Provence, 1998, 160 p. 120 F. « Professionnel de la protection de la nature depuis quinze ans, l’auteur fait le constat qu’il ne suffit plus de mettre la nature « en réserve » pour la protéger. Le jardinage écologique et l’intervention systématique dans des réserves surprotégées au milieu d'une nature ravagée est une voie sans issue dans laquelle trop de protecteurs se sont engouffrés. En voulant la création de réserves, les protecteurs n'ont pas vu qu'ils acceptaient en même temps le principe qui les sous-tend, à savoir la destruction de la nature partout ailleurs. Plus grave encore est ce goût de l’artifice qui conduit de plus en plus de protecteurs à gérer les milieux naturels dans une course à la biodiversité, faisant croire ainsi à la société toute entière que la nature ne peut exister sans l’homme. Qu’il s’agisse de la réintroduction du lynx ou de la protection de la nature en forêt, des conservatoires de sites naturels ou des parcs, partout la volonté d’intervention est la plus forte, souvent sous de faux prétextes scientifiques, mais toujours selon des choix philosophiques non exprimés. » Avec humour et expérience - l’auteur dénonce l’écologiquement correct autant que le scientifiquement correct. Ses premiers « préceptes » (pour discourir dans les milieux ad hoc) : remplacer nature par environnement, gestion faune et flore par biodiversité, préservation par valorisation, prédateur par espèce à problème… Au sommaire : - De l’écologiquement correct ; -La nature en conservatoire ; - Faut-il avoir peur de l’écotourisme ? ; -:La re-création de nature : une récréation ; - De la biche à l’arbre en tranche ; - Le crépuscule de la chouette ; - La nature en sandwich ; - Le lynx : histoire d’une vraie fausse réintroduction ; - Bientôt Noé en solitaire ? ; - Les parcs naturels régionaux : équilibre ou schizophrénie ? ; - On vit une nature formidable ; - Des bêtes et des hommes ; Instants de nature ; Protection contre nature. D’après Le Courrier de l'environnement de l'INRA n°35.


GIRAN Michel : INTERNET ET ENVIRONNEMENT. La Planète a besoin de nous ! Sang de la Terre, Paris, 1999, 125 p. Avec un CD Rom gratuit de démonstration. Le rapport n’est pas évident, a priori, entre Internet, le monstre technologique, le « big brother » qui nous observe sous toutes les coutures, et la protection de l’environnement, le développement durable, la déforestation ou les réserves de la biosphère.. et pourtant ! Qu’est-ce qu’Internet, si ce n’est un réseau d’ordinateurs reliés entre eux qui permet à toutes les parties de l’écosystème général de communiquer entre elles ? Qu’est-ce que l’écologie si ce n’est la prise de conscience des relations entre toutes les parties de l’écosystème Terre. On trouve tout sur Internet, le pire comme le meilleur. Encore faut-il savoir où et comment chercher ! Internaute averti ou débutant, professionnel de l’environnement ou militant associatif, enseignant, universitaire, journaliste ou simple particulier curieux de s’informer sur l’environnement à l’aide du « réseau des réseaux », vous trouverez dans ce guide pratique : 1. un mode d’emploi d’Internet avec ses fonctionnalités, les modalités d’accès et de recherche, le vocabulaire de base et les astuces pour bien utiliser cet outil « magique » ; 2. mais aussi et surtout le premier répertoire précis et commenté des meilleurs sites et moteurs de recherche, francophones et anglophones consacrés à l’environnement au niveau planétaire, classés par thèmes et par ordre alphabétique ; 3. et enfin, grâce à un CD Rom gratuit de démonstration, l’accès direct à certains sites. Fondateur et animateur de l’ADOME (Association pour le Développement des Outils Multimédia appliqués à l’Environnement), Michel Giran a réalisé le CD Rom La Planète a besoin de nous et le site web correspondant. Il est aussi formateur Internet et anime des conférences et colloques consacrés à la relation entre l’environnement et Internet. Neuf. Vient de paraître. 89 F.


JACQUIER Claude : DE L’HOMME FOU A LA VACHE FOLLE. Un aveu révélateur. Éditions Jullien, Genève, 1997, XV-215 p.


KEMPF Hervé : LA REVOLUTION BIOLITHIQUE. Humains artificiels et machines animées. Albin Michel Sciences, Paris, 1998, 278 p.


LAMY Michel : LA BIOSPHERE, LA BIODIVERSITE ET L'HOMME. Ellipses-Marketing, coll. Sciences de la vie et de la terre, Paris, 1999, 191 p.


LEPAGE Corinne : « ON NE PEUT RIEN FAIRE MADAME LE MINISTRE... ». Albin Michel, Paris, 1998, 293 p.


LE PRESTRE Philippe : ÉCOPOLITIQUE INTERNATIONALE. Éditions Guérin, coll. Universitaire, Montréal, 1997, 556 p. Bibliogr. Index. Alors que les menaces sur l'environnement se mondialisent et que se précise un sentiment d'urgence, la politique semble souvent en retrait par rapport aux impératifs de protection des écosystèmes naturels dont dépend la sécurité physique, économique et culturelle des sociétés humaines. Écopolitique internationale est le premier ouvrage qui examine les dimensions politiques de la coopération internationale en matière d'environnement à partir de la discipline des relations internationales. Sur la base d'une expérience directe des négociations internationales et des travaux universitaires les plus récents, cette étude identifie les dynamiques présentes et explique pourquoi les progrès en matière de coopération politique semblent parfois si lents. Le rôle des différents acteurs, les fondements de la coopération internationale, les relations entre priorités économiques et environnementales, et les questions de sécurité environnementale retiennent particulièrement l'attention. Au-delà des slogans du jour, et au moment où la communauté internationale évalue les progrès accomplis depuis la Conférence des Nations unies sur l'Environnement et le Développement (Rio, 1992), cet ouvrage fournit les éléments de compréhension indispensables d'une des dimensions centrales des nouvelles relations internationales du XXIe siècle. Actif depuis vingt-cinq ans dans l'étude et l'analyse des problèmes d'environnement, Philippe Le Prestre est professeur titulaire de science politique à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) où il enseigne l'écopolitique internationale, l'analyse de la politique étrangère, et la théorie des relations internationales. Il est président de la section "Environmental Studies" de l'International Studies Association, membre du "Groupe Marguerite" - qui étudie les questions de biodiversité internationale dans une perspective pluridisciplinaire -, et directeur de recherche au Centre d'étude des politiques étrangères et de sécurité de l'UQAM.  Philippe Le Prestre détient un doctorat de science politique de l'Université de l'Indiana (États-Unis), ainsi qu'un DEA en physiologie végétale et une maîtrise en étude du milieu de l'Université de Paris VII. Il a publié Role Quests in the Post-Cold War Era (McGill-Queens University Press, 1997), The World Bank and the Environmental Challenge (Associated University Presses, 1989), et French Foreign Policy in a Disarming World (Lynne Rienner, 1989).


LIPIETZ ALAIN : QU'EST-CE QUE L'ECOLOGIE POLITIQUE ? La Grande Transformation du XXIe siècle. La Découverte, coll. Sur le vif, Paris, 1999, 126 p. 42 F. « L’écologie politique est-elle une science ou une orientation politique ? Pourquoi pas une morale ? Parle-t-elle de la nature, des plantes, des animaux ? Des femmes et des hommes, de leurs rapports entre eux, à leur environnement ? Quel rapport l’écologie politique nourrit-elle avec ces mouvements du XIXe siècle, eux aussi mouvements sociaux et sciences sociales, comme l’hygiénisme et le socialisme (ou la sociologie) ? Faut-il opposer une écologie « sociale » une écologie « profonde » ? » Pour l’auteur, l’écologie politique ne nous propose pas pour le XXIe siècle le désespoir d’une dégradation inéluctable ou l’appel à une conversion individuelle. Elle offre, au contraire, les bases prometteuses d’une politique écologique de l’environnement, d’une politique écologique du travail et des rapports internationaux. En 6 chapitres : - De l’écologie au développement soutenable ; - Paysage, éthique et politique ; - Pour une histoire des crises écologiques ; - De la régulation des crises écologiques locales ; - Enrayer la généralisation des crises écologiques locales, domestiquer l’économie mondiale ; - Les crises écologiques globales : l’effet de serre.


MERCERON Michel (sous la direction de) : POLLUTIONS DIFFUSES : DU BASSIN VERSANT AU LITTORAL. Coll. Actes de colloques N°24.  Ploufragan (Saint-Brieuc), 23-24 septembre 1999. IFREMER, Brest, 1999, 350 p. 190 F.


MINER Marie-Christine et KEMPF Marc : AQUACULTURE ET ENVIRONNEMENT. Réglementation et pratique des élevages de poissons marins. Actes des journées nationales de travail, Brest, 2-3 octobre 1997, IFREMER, Brest, 1999, 188 p.


PELOSATO Alain (sous la direction de) : ÉCOLOGIE ET CIVILISATION. Dessins de Claude Ferran. Éditions Naturellement, coll. Témoins, Pantin (Seine-Saint-Denis), 1997, 323 p.


PELOSATO Alain : ÉCOLOGIE ET PROGRES. Éditions Naturellement, coll. Témoins, Pantin (Seine-Saint-Denis), 1996, 323 p.


PELT Jean-Marie : PLANTES ET ALIMENTS TRANSGENIQUES. Fayard, Paris, 1998, 170 p. Cet ouvrage fait le point sur le génie génétique et analyse les problèmes éthiques et moraux, scientifiques, socio-économiques de la généralisation des plantes transgéniques.


PRIEUR Michel et LAMBRECHTS Claude (sous la direction de) : LES HOMMES ET L’ENVIRONNEMENT. Quels droits pour le vingt-et-unième siècle ? Mankind and the Environment. What rights for the twenty-first century ? Études en hommage à Alexandre Kiss. Éditions Frison-Roche, Paris, 1998, 691 p. Textes en français et en anglais.


PROGRAMME SCIENTIFIQUE SEINE-AVAL : 17 fascicules publiés par l’IFREMER en collaboration avec la Région Haute-Normandie et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, dont : N°1 : SEINE-AVAL : UN ESTUAIRE ET SES PROBLEMES. 1999, 29 p. 35 F. N°3 : SABLES, CHENAUX, VASIERES. Dynamique des sédiments et évolution morphologique. 1999, 39 p. 45 F. N°6 : CONTAMINATIONS BACTERIENNE ET VIRALE. 1999, 26 p. 35 F. N°9 : FER ET MANGANESE. Réactivités et recyclages. 1999, 39 p. 45 F. N°10 : LE CADMIUM. Comportement d’un contaminant métallique en estuaire. 1999, 31 p. 35 F. N°16 : LES MODELES. Outils de connaissance et de gestion. 1999, 32 p. 35 F.


Revue ETHNIES, vol. 13, N°24-25 : NATURE SAUVAGE, NATURE SAUVEE ? Écologie et peuples autochtones. Association Peuples autochtones et développement / Survival, Paris, printemps 1999, 235 p. Courriel : survival@wcube.fr « La prise de conscience de la gravité des périls écologiques pour l’avenir de l’humanité s’est accompagnée, ces dernières années, d’une réflexion sur le rôle des peuples indigènes dans la protection de certains écosystèmes et de la biodiversité. Il est arrivé que ces peuples soient désignés comme responsables de la dégradation d’un environnement qu’ils ont pourtant contribué à préserver durant des millénaires : ainsi certains gouvernements et organismes internationaux ont-ils prôné leur expulsion afin de constituer des parcs naturels « vierges » de toute présence humaine. L’écologie entre alors en conflit avec les droits des peuples indigènes ; mais une telle opposition est-elle inévitable ? » Cette livraison, consacrée à "Ecologie et peuples autochtones" rassemble les articles suivants : - Dans l’estomac du dragon : l’impact minier en Irian Jaya ; - Les Papous à l’âge du bois ; Montez vos derricks sur la place Rouge ! ; - Penser l’espace, penser le temps ; - L’oubli du désert : regard nomade sur la modernité territoriale ; - De l’usage social de la forêt tropicale : l’exemple des Baka du Sud-Est Cameroun ; - Le sentiment de la terre ; - Une longue lutte pour nos droits ; - La lutte pour les ressources de la forêt en Amazonie : le cas des indiens Kayapo ; - La défense de l’environnement : un enjeu commun à tous les peuples de la planète ; - Parcs ou peuples ? ; - Termites blancs & fourmis vertes : les Aborigènes et la nature ; - Diversité biologique, diversité culturelle.


RUDOLF Florence : L’ENVIRONNEMENT, UNE CONSTRUCTION SOCIALE. Pratiques et discours sur l’environnement en Allemagne et en France. Préfaces de Serge Moscovici et Patrick Watier. Presses Universitaires de Strasbourg, 1998, 184 p.


SALINI Patrice : TRANSPORT ROUTIER : QUESTIONS SUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE. Faut-il craindre les « effets externes » ? Éditions Liaisons, Paris, 1998, 126 p. Index.


VADROT Claude-Marie et DEJOUET Marianne : LA PLACE DE L’ENVIRONNEMENT DANS LES MEDIAS. Enquête. Préface de Roland Cayrol. Association des Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Écologie, Victoires Éditions, Paris, 1998, 167 p. 120 F.


WEIZSÄCKER Ernst U. von, LOVINS Amory B. et LOVINS L. Hunter : FACTEUR 4. Deux fois plus de bien-être en consommant deux fois moins de ressources. Rapport au Club de Rome. (T) Éditions Terre Vivante, Mens (Isère), 1997, 320 p. Bibliogr.

Retour haut de page

L’ÉDUCATION A L’ENVIRONNEMENT

ÉCOLE ET NATURE : GUIDE PRATIQUE D’EDUCATION A L’ENVIRONNEMENT. Monter son projet. Édition revue et augmentée. Réseau École et Nature. Chronique sociale, coll. Pédagogie / formation / comprendre la société, Lyon, 1999, 355 p.


DEJEAN-ARRECGROS Josette : ESPOIR DE L’AN 2000 POUR LA NATURE ET L’ENVIRONNEMENT. Préface de Nicolas Hulot. Éditions du Trésor, coll. Amour de la nature, Gilette (Alpes-Maritimes), 1999, 209 p. 145 F.


SAUVÉ Lucie : POUR UNE EDUCATION RELATIVE A L’ENVIRONNEMENT : ELEMENTS DE DESIGN PEDAGOGIQUE. 2e édition : Guérin, Montréal, 1997, 361 p. Bibliogr. Index.

Retour haut de page

NATURE

BARKHAUSEN Annette et GEISER Franz : GUIDE DES RESERVES NATURELLES DE SUISSE. Les sites, les espèces, les conseils pratiques. Traduit de l’allemand. Pro Natura. Éditions Delachaux et Niestlé, coll. Les Guides pratiques du naturaliste, Lausanne et Paris, 1998, 426 p.


CHARBONNEAU Simon : CHASSE ET NATURE. L’avenir d’une passion millénaire. Pour une paix négociée entre chasseurs et écologistes. Préface de Paul-Henry Hansen-Catta. Postface de François Terrasson. Éditions Sang de la Terre, coll. Les Dossiers de l’écologie, Paris, 1998, 190 p. 98 F. Depuis la naissance de la contestation écologiste, dans les années 70, est né un conflit entre, d'un côté, le monde de la chasse profondément attaché à ses propres pratiques en vigueur dans le milieu rural et, de l'autre, les protecteurs de la nature cultivant une vision plus urbaine de la faune sauvage. Cette compétition pour la gestion du milieu naturel s'est révélée finalement très négative, à la fois pour la pérennité de ce dernier et pour l'image de la chasse, alors que pour l'essentiel les intérêts sont communs aux deux parties. Cet ouvrage est le fruit d'une double expérience humaine : celle d'un homme amoureux de la nature et militant actif de sa protection, qui est de plus animé par une passion charnelle pour la chasse. Deux passions qu'il vit l'une et l'autre non seulement comme des plaisirs authentiques mais aussi comme une résistance face aux agressions d'une société qui détruit ses espaces et espèces sauvages. Cet ouvrage est consacré à l'analyse du conflit fratricide entre écologistes et chasseurs comme à celle des idées fausses qui, de part et d'autre, cherchent à le justifier au plan national comme européen. Il vise à ce titre à redéfinir les rapports existants entre chasse et protection de la nature pour le XXIième siècle. Et par delà la définition de la chasse de demain, une chasse écologiquement responsable, cet ouvrage s'emploie également à défendre une certaine conception des rapports de l'homme avec la nature dans le cadre de tous les usages dont elle peut faire l'objet. « La chasse telle qu'elle se pratique aujourd'hui pourra-t-elle se perpétuer dans les années à venir ? Non, pense Simon CHARBONNEAU, président de l'Association nationale pour une chasse écologiquement responsable. Une association qui entend participer à la rénovation du monde de la chasse et jeter des passerelles entre chasseurs et écologistes. Une réflexion intéressante. Une lecture salutaire. » Connaisssance de la Chasse, janvier 1999.


CHAVIGNY Denis : L’ALBUM DES OISEAUX D’EUROPE. Éditions Delachaux et Niestlé, Lausanne et Paris, 1998, 192 p. Index.
DECOURT Noël : LA FORET. PUF, Que sais-je ? N°3464, Paris, 1999.


HAINARD Robert : CHOEUR DE LOUPS ET AUTRES HISTOIRES D’OURS. Éditions Slatkine, coll. L’Oeil ouvert, Genève, 1999, 144 p. 59 FS.


MONTESQUIEU Marie-Laure de : CUISINEZ LA NATURE. 200 recettes. Cueillette, chasse, pêche. Éditions Sang de la Terre, Paris, 1999, 173 p.


Revue PROPOS DE CAMPAGNE, N°9 : L’ARBRE. Manosque, été 1999, 156 p. 120 F.


SIFAOUI Brigitte : LE LIVRE DES DAUPHINS ET DES BALEINES. Préface de Hugo Verlomme. Albin Michel, Guide Clés, édition revue et augmentée, Paris, 1998, 247 p.


SOURNIA Gérard (sous la direction de) : LES AIRES PROTEGEES D’AFRIQUE FRANCOPHONE. Préface de Jean Dorst. Avec le soutien de l’Agence de la Francophonie et sous l’égide du Comité Français pour l’UICN. Éditions Jean-Pierre de Monza, Paris, 1998, 272 p. Bibliogr. En 3 parties : - Problématiques (Le braconnage ; Transhumance et pastoralisme ; Violences, conflits et prédation des ressources naturelles ; Une formation pour une gestion durable ; Tourisme et aires protégées) ; - Fiches de présentation des aires protégées [situation par pays, du Bénin au Togo] ; - Témoignages (Guinée, Togo, Burkina Faso, Niger). Et en Annexes, les grandes conventions internationales ; les critères internationaux de classement des aires protégées et une bibliographie. Un livre qui donne un état des lieux documenté et détaillé, et place la protection de la nature dans le cadre de la problématique du développement. D’après Le Courrier de l'environnement de l'INRA n°34, septembre 1998.


UICN : ATLAS POUR LA CONSERVATION DES FORETS TROPICALES D’AFRIQUE. (T) Sous la direction de Jeffrey A. SAYER et Caroline S. HARCOURT, avec la contribution de 116 spécialistes internationaux. Éditions Jean-Pierre de Monza, Paris, 1996, 310 p. Bibliographie, index.
VARLET Éric : DECOUVREZ LES FRUITS SAUVAGES. Préface de Jean-Maie Pelt. 4e édition revue et augmentée. Éditions Sang de la Terre, Paris, 1999, 191 p.

Retour haut de page

NUCLEAIRE

ALEXIEVITCH Svetlana : LA SUPPLICATION. Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse. (T) Éditions Jean-Claude Lattès, Paris, 1998, 269 p. Chroniques de l’indicible du côté des petites gens, au quotidien, en Biélorussie, pendant et après l’accident de la centrale de Tchernobyl… Brutes de décoffrage, sauvages comme l’horreur. « On les avait appelés comme pour un incendie ordinaire… ».


ARTUS Jean-Claude : LES TRIBULATIONS DU PROFESSEUR AU PAYS DU NUCLEAIRE. Ramsay, Paris, 1998, 119 F.Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'atome. Voilà un pari à la façon du Monde de Sophie raconter le «nucléaire», un sujet pourtant réputé complexe et source de polémiques souvent trop passionnelles pour être honnêtes ! L'information scientifique et médicale est ici mise en scène dans des situations quotidiennes ou rocambolesques, et les dialogues, évitant l'écueil du jargon spécialisé, manient un humour et une dérision très inhabituels dans ce domaine. Nature et sources du «nucléaire», risque et dangers, rejets et déchets, applications médicales. autant de questions auxquelles la majorité d'entre nous ne peut jamais répondre, faute d'expertise en la matière, autant d'aspects élucidés ou démystifiés. Pari tenu ! L'auteur, tel le savant et amical Professeur dont vous avez toujours rêvé, réussit le tour de force d'aborder et d'illustrer de façon claire et accessible ces questions scientifiques complexes. Un document passionnant et indispensable pour se former une opinion éclairée.


BELBEOCH Roger et Bella : SORTIR DU NUCLEAIRE, C’EST POSSIBLE AVANT LA CATASTROPHE. Éditions L’Esprit frappeur, coll. L’Esprit frappeur N°20, Paris, 1998, 126 p. Presque seule parmi les pays développés, la France a fait le choix de miser massivement sur l'énergie nucléaire depuis plusieurs décennies. Or le choix se pose à nouveau aujourd'hui, car le parc de centrales nucléaires françaises, arrivant en fin de vie, doit être renouvelé ces prochaines années. Les auteurs expliquent comment il est possible d'en profiter pour renoncer à l'atome et ses dangers, avant une possible catastrophe, sans pourtant revenir au temps de la bougie. Roger Belbéoch, physicien, a travaillé dans un laboratoire universitaire de recherche. Également physicienne, Bella Belbéoch a travaillé au Commissariat à l'énergie atomique. Militants antinucléaires bien connus, tous deux ont aussi publié TCHERNOBYL, UNE CATASTROPHE (éditions Allia, 1993).


FAUSSAT Armand : LES DECHETS NUCLEAIRES. Les connaître. Nous en protéger. Stock, Paris, 1997, 209 p.


JACQUEMIN Jean-Michel : LE NUAGE DE TCHERNOBYL. La France contaminée. Préface de Théodore Monod. Éditions Sang de la Terre, coll. Dossiers-Essais, Paris, 1998, 300 p.


PERLINE : TOUT NUCLEAIRE, UNE EXCEPTION FRANÇAISE. Préface de Rosalie Bertell. Éditions L’Esprit frappeur, coll. L’Esprit frappeur N°7, Paris, 1997, 110 p. Perline est ingénieur en physique des matériaux, diplômée de l’École Nationale supérieure des Mines de Paris, docteur ès sciences. Et antinucléaire notoire. Extrait : « En Europe, seules la Russie et la France développent l’électricité nucléaire. La France est la bonne élève, la vitrine, la fierté de tous ceux qui prônent le nucléaire. Celle qu’on montre en exemple dans tous les congrès, dans tous les pays, celle qui a réussi là où tous les autres ont échoué. Un réacteur par million d’habitants, pas d’accident, l’électricité la moins chère, une population qui approuve sans restriction, bref, le paradis nucléaire sur terre. C’est, en tout cas, l’opinion communément admise. Comment est-ce possible ? Pourquoi aucun autre pays n’y est-il arrivé ? Est-ce un miracle ou bien y a-t-il une recette de cuisine, bien de chez nous ? Autrement dit, est-ce la réalité ? Pour répondre à ces questions qui intriguent l’establishment nucléaire international au grand complet, ces quelques lignes donnent des embryons de pistes, illustrées d’exemples, afin d’aider à reconstituer le parcours qui a permis à la France d’en arriver là et lui permet de persévérer ».


PERLINE : FRANCE, POUBELLE NUCLEAIRE. Préface de Daniel Cohn-Bendit. Éditions Raymond Castells, Paris, 1999, 288 p. 125 F. Sous la pression de certins lobies, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, ne cessent de renforcer l’arsenal nucléaire la France et d’entasser dans le sol de l’Hexagone des déchets radioactifs en dépit des effets déastreux pour l’avenir du pays. L’auteure a refusé de travailler pour le nucléaire et essaye d’ouvrir le débat.


RENS Ivo et JAKUBEC Joël (sous la direction de) : RADIOPROTECTION ET DROIT NUCLEAIRE. Entre les contraintes économiques et écologiques, politiques et éthiques. Éditions Georg, collection Stratégies énergétiques, Biosphère et Société, Genève, sep. 1998, 414 p. 239 FF ou 59 FS. Si la découverte de la radioactivité et donc la science atomique moderne est née à la fin du XIXe siècle, l’industrie nucléaire n’est apparue qu’en 1942 dans le cadre militaire du Projet Manhattan qui déboucha en août 1945 sur Hiroshima et Nagasaki. En dépit des efforts entrepris dès la Conférence de l’Atome pour la paix, tenue à Genève en 1955, l’électronucléaire qui en est issu n’a jamais réussi à s’affranchir totalement de ce « péché originel » non plus que de toute finalité militaire, comme l’atteste le secret qui continue à l’entourer, ni à gagner l’opinion publique à sa cause en raison des dangers propres aux radiations ionisantes tant en fonctionnement normal qu’en situation accidentelle. Certes, la radioprotection ne concerne pas que l’industrie nucléaire, civile et militaire, mais aussi d’autres applications, notamment médicales. Toutefois, les modalités qui entourent sa définition, sa réglementation, sa mise en oeuvre et la prévention comme les conséquences sur la santé publique et sur les écosystèmes d’une irradiation et surtout d’une contamination radioactive restent, au niveau international et au niveau national, le domaine réservé d’une technocratie où des juristes élaborent très discrètement des normes en collaboration avec des physiciens, des chimistes, des biologistes, des médecins et des ingénieurs, tous spécialistes officiels. C’est ce processus que le présent volume s’efforce de retracer. Il rompt délibérément avec la littérature officielle par deux caractéristiques originales : l’interdisciplinarité et le pluralisme idéologique. En effet, il réunit les contributions d’une vingtaine de spécialistes des principales disciplines pertinentes : radioécologues, physiciens, biochimistes, médecins, économistes et une dizaine de juristes. En outre, il donne la parole à quelques éminents responsables d’institutions notamment internationales prétendument compétentes en matière de radioprotection, à des juristes spécialisés en droit nucléaire qui ne prennent pas position sur les fondements de ce dernier, mais aussi à des scientifiques et à des juristes critiques envers l’électronucléaire eu égard aux exigences éthiques d’une approche écologique responsable. Les volumes de la collection SEBES sont livrés d’office aux membres de l’Association pour l’Appel de Genève (APAG), Case postale 113 Malagnou, CH-1211 Genève 17. Fax: (41 22) 735 09 42.


RIVASI Michèle et CRIÉ Hélène : CE NUCLEAIRE QU’ON NOUS CACHE. Albin Michel, Paris, 1998, 319 p.


VERTS (Les) : LE NUCLEAIRE ET LA LAMPE A PETROLE. Éditions L’Esprit frappeur, coll. L’Esprit frappeur N°41, Paris, 1998, 172 p.

Retour haut de page

ÉCOPHILOSOPHIE

BEXON Alain et RICHARD Dominique : LES PEINTRES ET LES ALPES. Du pittoresque au sublime. Préface de Jean Guibal. Musée Dauphinois, Éditions Le Dauphiné Libéré, coll. Les patrimoines, Grenoble, 1999, 51 p. 35 F.


BIÈS Jean : SAGESSES DE LA TERRE. Pour une écologie spirituelle. Les Deux Océans, Paris, 1997, 156 p. 120 F.


BOUCHARDON Patrice : L’ÉNERGIE DES ARBRES. Le Courrier du Livre, Paris, 1999, 159 p. Index. 145 F.


KNUDTSON Peter et SUZUKI David : LA SAGESSE DES ANCIENS. Traduit de l'américain. Éditions du Rocher, coll. Conscience de la Terre, Paris, 1996, 338 p. 148 F Il est clair que les problèmes majeurs tels le réchauffement de la planète, la réduction de la couche d’ozone, l’extinction des espèces et la pollution toxique au niveau mondial ne seront pas résolus avant longtemps si l’on perpétue la vision occidentale du monde et si l’on applique des remèdes aussi restreints que les prélèvements fiscaux ou l’accroissement des rendements… Face à l’imminence de cette catastrophe écologique, la vitalité des idées exprimées par les premiers peuples est aujourd’hui, plus que jamais, d’actualité. La manière dont ils considèrent, d’un point de vue tant intellectuel qu’expérimental, les relations qui unissent l’homme au monde est non seulement digne de respect mais peut aussi devenir une grande source d’enseignement. Chaque chapitre, organisé autour d’un thème central de nature écologique, biologique ou évolutionniste, mêle perspectives scientifiques modernes et textes natifs. Car Knudtson et Suzuki, loin de rejeter en bloc la pensée contemporaine, explorent les parallèles qui existent entre les connaissances intuitives des premiers peuples et les positions de certains « sages » occidentaux. Peter Knudtson et David Suzuki, biologistes et environnementalistes, ont sillonné la planète pour recueillir les légendes et les mythes des premiers peuples. Ils sont tous deux persuadés que l’avenir de l’humanité passe par une meilleure écoute des Anciens.


LE CLERC DE LA HERVERIE Bernard : CINQ CONTES DU MARTIN-PECHEUR. Éditions Biorra Cruidin, Paris, 1999, non paginé. e-mail : cruidin@imaginet.fr  http://www. imaginet.fr/~~cruidin
McLUHAN Teri C. : L’ESPRIT DE LA TERRE. Rencontres avec la nature dans la pensée ancienne et contemporaine. Traduit de l’américain. Éditions du Rocher, coll. Conscience de la Terre, 1998, 578 p. 189 F. L’auteure, bien connue comme la fille du sociologue américain des médias Marshall MacLuhan et l’auteure du célèbre Pieds nus sur la Terre sacrée, réunit ici des textes et citations magnifiques de l’Australie aborigène, du Japon traditionnel, de la Grèce antique, de l’Afrique, des Kogis d’Amérique du Sud et de l’Amérique du Nord indigène. La foi en la nature essentielle de la Terre, considérée comme un être vivant régi par la loi immuable de l’esprit, perdure depuis la préhistoire. Cette conviction est très prisée par les six cultures évoquées dans ce livre et bien d’autres partout dans le monde. Ainsi, pour les Anciens, la Terre, divinité toute-puissante, était à la fois mère des hommes (Mater) et maîtresse de vie (Magistra). Éducatrice, elle insérait le cultivateur, par le cycle des travaux saisonniers, dans l’ordre universel. Mais, « à de nombreux égards, ces six cultures représentent des mondes tout à fait différents. Pourtant, elles sont liées par des vérités universelles et éternelles, en ce qu’on les retrouve à tous les âges de l’humanité. Qu’ont-elles à nous enseigner sur nous-mêmes ? Qu’avons-nous à apprendre d’elles ? Elles nous montrent à quel point nous nous sommes éloignés de nos racines authentiques. Elles nous indiquent comment trouver un équilibre dans notre monde d’incertitude psychique. Elles peuvent nous aider à restaurer nos véritables origines, à retrouver un état de grâce. »


SNYDER Gary : LA PRATIQUE SAUVAGE. Essais en liberté pour une nouvelle écologie. (T) Éditions du Rocher, Paris, 1999, 235 p. 135 F. Dans ce recueil, le poète et essayiste de la Beat Generation, Gary Snyder développe des thèmes essentiels tels que l'écologie au niveau local et planétaire, l'ethnologie des peuples primitifs, l'anthropologie, la linguistique... L'idée centrale du livre : l'humanité doit se réconcilier avec l'espace sauvage, retrouver sa place dans l'environnement naturel, c'est-à-dire retrouver le sens de sa présence dans un "lieu", vivre en harmonie avec les animaux, les plantes et les humains. Une société vraiment "civilisée" doit intégrer pleinement le "sauvage", condition de la liberté et de l'épanouissement. Des réflexions, des anecdotes, des méditations servies par une prose légère, imagée, pleine d'humour. Pour tous ceux qui s'intéressent à l'écologie, aux peuples primitifs, au bouddhisme, ainsi qu'aux connaisseurs de cet écrivain majeur des Etats-Unis.

Retour haut de page

ALTERNATIVES

LÉCUYER Philippe (sous la direction de) : GUIDE DES ALTERNATIVES. France et Belgique. 12 000 références et adresses pour sortir de la pensée unique. Éditions du Faysse, Monclar-de-Quercy, 1998, 1022 p.
Retour haut de page

PROSPECTIVE

BOULANGER Philippe : LES DEMONS DE L’EUROPE. Nations, empire, tribus. Quel avenir pour l’ancien continent ? Éditions Sang de la Terre, Paris, 1999, 189 p.


JUTIER LAFRENIÈRE Marc : CARNET DE ROUTE D’UN JEUNE ICONOCLASTE. Terra 1999. Le XXIe siècle sera ... ce que nous en ferons. Coédition : Éditions du Fraysse, Éditions des Peupliers, 1999, 192 p. 39 F.


LUXIDIS : LE PASSAGE A L’@N 2000 SANS PROBLEME. SIA éditions, guide pratique, 1999, 87 p.

Retour haut de page

LITTERATURE

FOURNIER Thierry : MYSTERIEUSES. Éditions Accarias-L’Originel, Paris, 1997, 123 p. 89 F. Diffusion Chiron. « Fut une époque où je subissais la curieuse influence de la Selves, rivière torrentueuse du Carladez. Elle bouillonnait jusqu’en mes entrailles et me forçait à me présenter devant le paysage les mains nues, le coeur à vif, les belles phrases dispersées à la venvole. Elle creusait en moi une large fissure par où s’engonçait un nouvel homme. (...) Oui, j’aimais ce pays, ses combes et ses mamelons, ces longues échines végétales qui me restituaient ma vision d’enfant, lorsque, dans le jardin de mes parents, (...) » Je vous invite à continuer la lecture de ce livre d’une extraordinaire vérité. C’est dans cette langue riche et chatoyante, précise et sensuelle, que Thierry FOURNIER nous livre ici un recueil d’une cinquantaine de courts récits de sa communion dionysiaque avec la nature. Il s’agit d’un voyage des forêts et des montagnes jusqu’aux villes bruyantes et poussiéreuses. Les fils conducteurs en sont la marche et l’attention : la vigilance était mon crédo. Ce rituel, cette entrée en paysage, impartiale mise au point sur le réel, s’articule autour de deux principaux thèmes qui se répondent : la nature décrite comme être de chair (la peau de la terre délicieuse, le pelage humide de la forêt), et la rencontre avec des femmes elles-mêmes perçues comme l’émanation des éléments (elles sont neiges fondantes, leur corps ébauche la silhouette des étoiles, des montagnes et des nuages). Thierry FOURNIER a déjà publié une dizaine de recueils d’essais, il est aussi le traducteur de WALDEN, OU LA VIE DANS LES BOIS de Henry David Thoreau, parmi bien d’autres traductions de l’américain.


POURRAT Henri : LE BLE DE NOËL. Éditions Sang de la Terre, collection La Pensée écologique, Paris, 1998, 318 p. « Autrefois, dans les campagnes, à l’approche de Noël, les enfants mettaient à germer dans un peu d’eau, sur une assiette, une poignée de blé, témoignage de l’« épi qui viendra, des moissons sous les monts… et ce Pain qui est la vie ». En hommage à cette coutume, Henri Pourrat publiait, en 1942, sous le titre Le Blé de Noël un recueil d’articles et de méditations nés de la saison, de rencontre ou de lectures. De très beaux textes sur Noël et l’hiver, la maison, la femme, l’amitié, le paysan, la fête, les contes et chansons populaires… Des pages inestimables consacrées aux terriens de l’époque. Pourrat rend hommage à Péguy « du peuple fidèle » et à Claudel « le langage paysan qui prit feu », dit tout ce qu’il doit à Francis Jammes, salue dans l’œuvre de Ramuz « le retour à l’élémentaire », prend ses distances avec Giono et accompagne Henri Bosco sur les chemins de songe et de mystère. »


PUPIER Pierre : HENRI POURRAT ET LA GRANDE QUESTION. Préface de Bernard Plessy. Éditions Sang de la Terre, Paris, 323 p. Bibliogr. 129 F. Henri Pourrat (1887-1959) doit sa renommée à deux oeuvres majeures : Gaspard des montagnes, ce grand roman de la destinée, né d'un conte et nourri de la poésie des campagnes, et Le Trésor des contes, cette grande entreprise de collecte et d'écriture de la tradition orale, trésor unique en nos lettres. Pourtant l'oeuvre de Pourrat recèle, à travers une centaine d'ouvrages aux genres très divers (roman, histoire, biographie, essai, conte), une mine insoupçonnée d'autres trésors que cet essai biographique nous invite à découvrir ou redécouvrir au fil de la vie de leur auteur. Parce qu'il fut le témoin de l'antique culture populaire, de la chronique et de l'esprit paysans, parce qu'il a raconté mieux que personne le monde terrien en voie de disparition, Pourrat fut, en pleine tourmente des années 40, suspecté d'être « l'écrivain officiel » de la Révolution Nationale et du régime de Vichy. Il faut certainement trouver ici la raison principale de cette occultation dont a été victime ce grand écrivain. Loin de gommer ces épreuves des « temps noirs », Pierre PUPIER montre dans son essai combien ces accusations furent injustes. Ni idéologue ni doctrinaire, Pourrat ne fut pas l'homme d'une politique, et encore moins un écrivain de circonstance. Si le classicisme terrien en est le fondement, son art a une portée universelle et de plus larges visées. Certes, il raconte la fin d'une ère d'une humanité, mais il ne sombre jamais dans le passéisme sentimental. Certes il enracina sa vie et son écriture dans la solitude d'Ambert, le pays, l'Auvergne où Toucher Terre, mais il n'est pas un écrivain régionaliste. Ses livres s'interrogent sur l'avènement de nouvelles formes de connaissance et d'existence et s'efforcent de comprendre, dans l'évolution technique, sociale et morale, à quoi va l'effort humain : méditation sans cesse reprise sur nature et civilisation. Sur les pas et dans les pages d'Henri Pourrat, cet essai biographique tente de caractériser à grands traits les tenants et les aboutissants d'une oeuvre dans son esthétique et sa thématique, s'interrogeant sur la métaphysique qui la fonde et la poétique qui l'ordonne entre nostalgie et promesse : l'enfance, la montagne, la vision. Et le jardin. En cherchant dans le monde de l'écrivain la cohérence profonde de l'oeuvre aux cent livres, il a bien fallu voir que l'on ne peut en rester au royaume des contes ni au sens de la terre, et que de livre en livre se pose la question fondamentale radicalisée par les drames personnels et la pensée du « chancelant royaume de la mort », la grande question posée par les jours et les saisons dans la parole vague des choses, par la suite des humains, par le bonheur même comme par le mal enfin. A quoi va le monde ? Et la peine des hommes. Pourquoi y a-t-il quelque chose ? A quoi tout cela va-t-il ? Le monde n'aurait pas de sens ? Cette grande question en nous ne répondrait à rien ? Telle fut la grande question d'Henri Pourrat.


HISTOIRE DE L’ECOLOGISME

HOLDGATE Martin : THE GREEN WEB. A Union for World Conservation. IUCN and Earthscan Publications, London, 1999, 308 p. In the last 50 years, conservation and the natural environment have become matters of huge public and political concern all over the world. At the very centre of this concern is an organization which has been described as the conservation world's « best-kept secret » - the World Conservation Union, formerly the International Union for Conservation of Nature and Natural Resources (IUCN). A unique organization in many respects - founded in 1948, its members include governments, other conservation bodies and prominent individuals - it has done more than any other single body to orchestrate action on behalf of the natural world. In The Green Web, Martin Holdgate gives us a thorough and engrossing history of the IUCN and its achievements, and of the surrounding developments of conservation activity throughout the world. Drawing fully on archives and interviews with past and present members of the Union, he reveals the often turbulent story behind its work and the success it has achieved in establishing the environment as a priority for governments and voters. The book will be of great interest to all those who were, and are, involved in conservation work, and will remain a crucial source of information on the last 50 years' activity for many years to come. CONTENTS : * The Springs of Conservation * The Path to Union * The Union Established * A Time for Science * The New Ark Puts to Sea * The Environmental Explosion * A Strategy for World Conservation * After the Strategy * Conservation for Development * The Web Extends * Power to the Members * The Balance Sheet.  £17.50 Paperback ISBN 1 85383 595 1


JACOB Jean : HISTOIRE DE L'ECOLOGIE POLITIQUE. Comment la gauche a redécouvert la nature. Albin Michel, Paris, 1999, 361 p. « Par quelle alchimie le thème de la nature, autrefois si cher à la droite, est-il devenu dans sa version écologiste, l’apanage de la gauche ? ». En deux grandes parties : - Quelle nature défendre ? (le naturalisme subversif, le naturalisme conservateur) ; - De l’écologie au socialisme (les avertissements du Club de Rome, Dans le sillage du Club de Rome). Sous ce titre prétentieux, l’auteur oublie de dire qu’il s’agit d’une approche très franco-française, négligeant la scène internationale et se contentant de simplifications hâtives et d’idées toutes faites. L’auteur, qui se prend pour un inspecteur de l’Inquisition, développe tout au long de ce livre, comme dans ses publications antérieures, une philosophie du soupçon du style : peut-être peut-on suspecter tel ou tel penseur de l’écologie d’appartenir à la droite et de véhiculer des relents de conservatisme ? Ce genre d’idéologues arrogants qui n’ont pas vécu sur le terrain associatif les développements du mouvement écologique prétendent nous dicter ex cathedra ce qu’est l'écologie politique et s’imposer comme des références exclusives, alors que de nombreux militants sincères auraient tant de choses vécues à dire !


SFDE : 20 ANS DE PROTECTION DE LA NATURE. Actes du colloque de la SFDE à Limoges, 28-29 novembre 1996. Hommage au Pr. Michel Despax. PULIM, Limoges, 1998, 308 p. Colloque de la Société française pour le droit de l’environnement organisé à l’occasion des 20 ans de la loi sur la protection de nature et publié en hommage au professeur Michel Despax. Ont été abordés les aspects historiques de la protection de la nature jusqu’en 1976, les concepts tels que « réserves naturelles, arrêté de biotope, espaces protégés… », les outils élaborés pour assurer cette protection : les études d’impact, la gestion conventionnelle des espaces naturels, les plans de développement durable, les contrôles de l’application de la loi - contrôle administratif et contrôle social - la protection pénale… Une partie importante du colloque a été consacrée à l’apport du droit international, du droit communautaire et du droit comparé à la protection de la nature. La conclusion de ces journées a mis l’accent sur l’importance qu’il y aurait à introduire dans la Constitution française, le droit de l’homme à un environnement sain et écologiquement viable. Au sommaire : - Histoire de la protection de la nature jusqu’en 1976 ; - La protection des espaces naturels dans la loi du 10 juillet 1996 relative à la protection de l’environnement : une symphonie inachevée ; - Etude d’impact et protection de la nature ; - Gestion conventionnelle des espaces naturels ; - Les plans de développement durable : quel droit pour une agriculture partenaire de la nature ? ; - Application, utilisation et respect de la loi de 1976 : du contrôle administratif au contrôle social ; - Loi du 10 juillet 1976 et protection pénale ; - L’apport du droit international à la protection de la biodiversité ; - L’apport du droit à la protection de la biodiversité : la convention des Nations unies sur la conservation de la diversité biologique ; - La contribution du droit communautaire à la protection de la nature ; - Les législations de protection de la nature : les enseignements du droit comparé ; - Vers la constitutionnalisation du droit de l’homme à un environnement sain et équilibré. D’après Le Courrier de l'environnement de l'INRA n°37, août 1999.


SPIRITUALITE

LABRUYÈRE Joël : L’ÉTAT INQUISITEUR. La spiritualité en danger ! Éditions des 3 Monts, Auxerre, 1999, 271 p. 110 F.


CLERC Olivier : MEDECINE, RELIGION ET PEUR. L’influence cachée des croyances. Éditions Jouvence, coll. Trois Fontaines, Saint-Julien en Genevois, 1999, 83 p. 59 FF.

Retour haut de page

NON VIOLENCE ET PHILOSOPHIE

ROSENBERG Marshall B. : LES MOTS SONT DES FENETRES (OU DES MURS). Introduction à la communication non-violente. Préface de Charles Rojzman. (T) Éditions Jouvence, Saint-Julien en Genevois, 1999, 229 p. 28 FS


MYERS Wayland : PRATIQUE DE LA COMMUNICATION NON-VIOLENTE. Établir de nouvelles relations. Traduit de l’américain. Éditions Jouvence, Saint-Julien en Genevois, 1999, 93 p. 29 FF.

Retour haut de page

SAGESSE ECOLOGIQUE

BEINET Jean-Jacques : MA MAISON GUERIE PAR LA PIERRE. Géobiologie. Éditions Fernand Lanore, Paris, 1999, 173 p.
Retour haut de page

CIVILISATION

CHARBONNEAU Bernard : UN FESTIN POUR TANTALE. Nourriture et société industrielle. Éditions Sang de la Terre, Paris, 1997, 254 p. 119 F. Pour avoir donné son fils Pélops en ragoût aux dieux, Tantale fut puni par Zeus et voué pour toujours à une faim et une soif insatiables qu’exaspèrent une branche chargée des plus beaux fruits et une eau vive le fuyant sitôt qu’il croit les saisir. Peut-on trouver mythe plus évocateur pour traiter la question de la nourriture dans nos sociétés industrielles ? Les supermarchés débordent de montagnes de produits alimentaires fabriqués en série, qui ont perdu la saveur, la fraîcheur, la diversité et surtout les qualités nutritives des produits issus de la terre. La surabondance de quantité aboutit à la disette de qualités. Le consommateur est désorienté. Retraçant, sous la forme originale d’un repas (premier, deuxième et troisième services), une histoire de l’alimentation humaine, cet ouvrage montre comment l’agriculture paysanne fut transformée en une agro-industrie et la nourriture en un « produit » industriel. Tout cela pour des raisons de rentabilité financière mais sous le prétexte de lutter contre la famine. Or, aujourd’hui celle-ci perdure dans une grande partie du monde et là-même où l’abondance semble réalisée, une autre pénurie gagne : pénurie de vrai pain, de vraie viande, de vrais fruits et légumes... C’est l’abondance du rien et même du mauvais. Mauvais au goût, insipide, mais aussi mauvais pour la santé comme le révèle la maladie de la vache folle qui n’avait pas encore frappé lorsque l’auteur écrivit ce livre prémonitoire, resté longtemps inédit. L’auteur retrace les grandes étapes de cette évolution, et rappelle comment, dans les années 70, les gouvernements ont délibérément mis en place une « politique agricole et alimentaire », faisant la part belle aux groupes industriels et financiers. Mais bien au-delà du salutaire engouement actuel pour le « bio » et la diététique, il situe l’enjeu fondamental, moral de la nourriture : « nous sommes ce que nous mangeons ». « Mal manger c’est mal vivre : qui accepte d’avaler n’importe quoi n’importe comment, fera et pensera n’importe quoi », conlut B. Charbonneau, esquissant « pour le dessert » une nouvelle politique nourricière fondée sur une éthique du goût et de la qualité. À recommander pour toutes les bibliothèques scolaires !

Retour haut de page