La Bibliothèque de l'écologie
à Gap

David Brower (1912-2000)


par Philippe Mouchette

David Brower peut être considéré comme l’un des pionniers du mouvement écologiste aux Etats-Unis. Passionné de montagne, c’est un amoureux de la nature sauvage – la wilderness –, inspiré en cela par John Muir, le fondateur du Sierra Club. D’ailleurs, il rejoint cette célèbre institution dès 1933. En 1941, il est élu au conseil d’administration du club avant d’en devenir le directeur exécutif en 1952, un poste qu’il occupera jusqu’en 1969. Pendant ces dix-sept années, il fera passer le nombre d’adhérents du Sierra Club de 2000 à 77000. Afin de sensibiliser l’opinion publique américaine, il décide de publier des ouvrages comprenant de splendides photographies de la nature, tout en montrant les dangers qui menacent celle-ci. L’une des grandes batailles menées par Brower sera d’empêcher la construction d’un barrage sur le Grand Canyon du Colorado. Les autorités américaines seront tellement furieuses qu’elles enlèveront au Sierra Club les avantages fiscaux dont il bénéficiait, en particulier celui permettant aux adhérents de déduire de leurs impôts la somme qu'ils versaient à l'association. Une fois cette bataille remportée, le Sierra Club bénéficiera à nouveau de son agrément fiscal.

Toutefois, l’activisme de Brower ne déplaisait pas que dans les rangs des industriels. Certains responsables du Sierra Club vont en effet juger Brower trop radical et le forceront à démissionner en 1969. C’est alors qu’il fonde une nouvelle association écologiste – Friends of the Earth (les Amis de la Terre) – qu’il va présider jusqu’en 1986, avec le succès que l’on connaît. Les Friends of the Earth sont aujourd’hui présents dans 70 pays. Nominé à trois reprises pour le Prix Nobel de la Paix, Brower a également fondé la Sierra Club Foundation, le John Muir Institute for Environmental Studies, la League of Conservation Voters, l’Earth Island Institute, le North Cascades Conservation Council et les Fate of the Earth Conferences.

Outre ces nombreuses contributions à la cause écologiste, Brower nous a légué une métaphore qu’il est bon aujourd’hui de méditer: «Notre planète est née le lundi à zéro heure. Lundi, mardi et mercredi jusqu'à midi, la Terre se forme. La vie commence mercredi à midi et se développe dans toute sa beauté organique pendant les quatre jours suivants. Dimanche à 4h de l'après-midi seulement, les grands reptiles apparaissent. Cinq heures plus tard, à 9h du soir, lorsque les séquoias sortent de terre, les grands reptiles disparaissent. L'homme n'apparaît qu'à minuit moins trois minutes, dimanche soir. A un quart de seconde avant minuit, commence la révolution industrielle. Il est maintenant minuit, dimanche soir, et nous sommes entourés de gens qui croient que ce qu'ils font depuis un quarantième de seconde peut continuer indéfiniment.»

Bibliographie
David Brower, For Earth's Sake: The Life and Times of David Brower, Gibbs Smith, 1990.