La Bibliothèque de l'écologie
à Gap

Biographie de Henry David Thoreau (1817-1862)

par Roland de Miller

Henry David Thoreau est né et mort à Concord. Il ne quitte que rarement ce village du Massachusetts qui est le reflet d'une Arcadie, d'un paradis rural auquel l'Amérique n'a jamais cessé de rêver. Etudes indisciplinées à Harvard, instituteur pendant deux ans, il s'installe ensuite chez son ami, Ralph Waldo Emerson, comme secrétaire et gardien de la maison pendant les escapades d'Emerson à Boston.

Plus tard il s'occupe, avec succès, de la fabrique artisanale de crayons de son père. Attaché d'abord à sa liberté, Thoreau préfère, quand il a besoin d'argent, entreprendre un travail manuel et pratique comme la construction d'un bateau ou d'une barrière, ou bien l'arpentage de terres.

En 1846, il passe une nuit en prison pour refus de payer l'impôt, en signe de protestation contre la guerre du Mexique. Dans les années qui suivent, il participe énergiquement à la résistance contre les lois esclavagistes. Son éthique est «la désobéissance civile» et «la pauvreté volontaire». C’est lui qui donnera à Gandhi et à Martin Luther King l'idée de l'action non violente.

A l'âge de vingt-huit ans, Thoreau quitte Concord pour aller « vivre sa vie » à deux kilomètres à peine du village, dans une forêt que lui cède Emerson. Il y construit sa cabane sur les bords de l'étang de Walden. En s'installant «hors du monde» à vingt minutes de Concord, il prétend démontrer la nécessité d'être présent au monde ici, maintenant et non dans un ailleurs indéfini. C'est au cours de sa retraite de deux ans qu'il écrit Walden ou la vie dans les bois, son livre le plus célèbre, partie d'une œuvre monumentale largement inédite en français, ou épuisée.

Dès que Thoreau commence à écrire, il se pose comme élève d'Emerson, de quatorze ans son aîné : mêmes idées, même style mais avec davantage de mouvement et de passion. Il est l'ami des philosophes transcendantalistes, en particulier du poète Walt Whitman. Emerson et Thoreau ont eu conscience qu'à ce tournant de l'histoire de leur pays, ils pouvaient par leurs idées, exercer une action morale décisive. Ils ont essayé à Concord de former un foyer rayonnant, tout en sachant fort bien que sa tonalité portait un démenti à l'atmosphère générale. Ce que Barbizon (en forêt de Fontainebleau) a été pour les peintres impressionnistes, Concord l'a été à la même époque pour une école de philosophie.

Henry David aspire à «une vie transcendantale dans la nature», c'est-à-dire à rejoindre l'être profond des choses et à y accorder sa conscience. Il veut adapter sa vie à sa philosophie, incarner la self-reliance (l'autosuffisance) et montrer, lui-même, que les véritables besoins matériels de l'homme sont dérisoires et doivent laisser s'épanouir l'esprit. La préoccupation essentielle de Thoreau est de se mettre en résonance avec la vie universelle : «Vraiment voir le soleil se lever ou disparaître tous les jours, nous rattacher ainsi à un fait universel, voilà qui nous conserve à jamais sain.» Cette plénitude, il tâche de l'apprendre au jour le jour, au contact des mille et une rencontres des bois, des champs, des cours d'eau et des gens simples de son entourage immédiat. Observateur authentique et passionné de la nature sauvage et son premier défenseur (les parcs nationaux américains sont nés de son inspiration), Thoreau est autant poète que naturaliste. Il aime s'imprégner de la puissante vitalité de la nature sauvage ; il est l'incarnation de la liberté dans la nature. Sa force est issue d'une vision cosmique où le souffle de la vie absorbé par tous les pores lui fait découvrir les lois supérieures. Il ne prend pas seulement refuge dans la solitude de la nature mais aussi dans son être profond : c'est un grand amateur de philosophie et de spiritualité orientales qu'il met toujours en rapport avec sa propre expérience de marcheur.

Thoreau en vivant à Concord, son village natal, selon l'éthique de «la simplicité volontaire» – une expression de lui qui fera fortune – relançait le vieux débat qui se joue en sourdine depuis les origines de notre civilisation, entre l'homme quasiment seul qui lutte pour garder vivantes les valeurs de l'être, et la foule que ne s'en soucie pas.

Le retentissement de son œuvre est considérable depuis un siècle. L'homme de Walden fut un des leaders spirituels des hippies américains des années 1966-1970, de la contre-culture et du mouvement écologique. Bien plus qu'un grand classique des lettres américaines, Thoreau est devenu un archétype de la conscience collective. Et il a donné à notre génération les bases d'une réflexion écologique sur une nouvelle manière de vivre qu'il a résumée en trois mots: simplifiez, simplifiez, simplifiez.

Bibliographie
Journal 1837-1861, Denoël, 1986.
Désobéir, Textes réunis et présentés par Michel Granger, Paris, Bibliothèque 10/18, 1997.
La désobéissance civile, Paris, Pauvert, 1968.
Walden ou la vie dans les bois, Gallimard, coll. "L'imaginaire", 1993.
Les forêts du Maine, trad., annot. et postf. de François Specq, Paris: Éd. Rue d'Ulm, 2004.
La vie sans principe, trad. de l'anglais (États-Unis), notes et postf. par Thierry Gillyboeuf, Paris: Éd. Mille et une nuits, 2004.
The Correspondence of Henry David Thoreau. Edité par Walter Harding and Carl Bode. New York: New York University Press, 1958.
Faith in a Seed: The Dispersion of Seeds and Other Late Natural History Writings. Edité par Bradley P. Dean. Illustré par Abigail Rorer. Préface de Gary Paul Nabhan. Introduction de Robert D. Richardson. Washington and Covelo, Calif.: Island Press/Shearwater Books, 1993.
Walden: An Annotated Edition. Préface et notes de Walter Harding. Boston: Houghton Mifflin, 1995.
Wild Fruits. Edité et introduit par Bradley P. Dean. Illustré par Abigail Rorer. New York: W. W. Norton & Co., 1999.
The Writings of Henry D. Thoreau. 20 volumes. Edité par Francis H. Allen and Bradford Torrey. Boston: Houghton Mifflin, 1906.
The Writings of Henry D. Thoreau. 12 volumes to date. Edité par Walter Harding, Elizabeth Witherell, et al. Princeton: Princeton University Press, 1971.

Textes en ligne
La désobéissance civile de Thoreau en français est disponible en PDF (75 Ko) au lien suivant :
forget-me.net/Thoreau/desobeissance-fr.pdf

En anglais, consulter les sites suivants :
www.vcu.edu/engweb/transcendentalism/authors/thoreau/writings.html
eserver.org/thoreau

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les sites suivants (tous en anglais):
www.vcu.edu/engweb/transcendentalism/authors/thoreau (très complet, avec de nombreux liens)
www.ecotopia.org/ehof/thoreau
www.thoreau.niu.edu
wwww.thoreausociety.org